• **A quoi rêvent les loups** de Yasmina KHADRA

    C'est aujourd'hui lecture commune chez PIMPRENELLE avec la découverte d'un auteur.Chaque mois une belle aventure.


     

    J'avais essayé de lire ,il y a quelques années "Les sirènes de Bagdad" et j'avoue ne pas avoir réussi à entrer dans ce roman.Quand Pimprenelle a proposé cet auteur ,j'ai pensé que c'était l'occasion de regarder cet auteur d'un autre oeil,avoir un autre rendez vous cette fois là pas manqué.

    .Gardant dans un coin de mon cerveau l'idée de reprendre" Les sirènes de Bagdad" ,je suis, malgré tout ,allée à la médiathèque à la recherche d'un autre titre:1 seul en rayon! Le titre et la 4ème de couverture m'ont plu,hop dans le sac et je l'ai lu en pas tout à fait une semaine.Oui,je suis lente cette fois...


    .

    Début du roman:des hommes sont enfermés dans un appartement cerné par la police.Tout le monde est mort sauf Abou Tourab et un autre dont on saura plus tard qu'il est le personnage principal.Fin dramatique.

    Retour en arrière...


    J'ai été lente cette fois parce que j'ai été très attentive à tout ce qu'a voulu montrer (démontrer?) Yasmina Kadra


    Tout d'abord une Alger en plein chaos.Pauvre pour ne pas dire miséreuse.

    Alger était malade.Pataugeant dans ses crottes purulentes,elle dégueulait,déféquait sans arrêt.Ses foules dysentériques déferlaient des bas quartiers dans des éruptions tumultueuses.La vermine émergeait des caniveaux,effervescente et corrosive,pullulait dans les rues qu'étuvait un soleil de plomb.

    Alger s'agrippait à ses collines,la robe retroussée par dessus son vagin eclaté,beuglait les diatribes diffusées par les minarets,rotait,grognait,barbouillée de partout,pantelante,les yeux chavirés ,la gueule baveuse tandis que le peuple retenait son souffle devant le monstre incestueux qu'elle était en train de mettre au monde.

     

    Et puis son peuple avec ,entre autre, Nafa Walid,jeune Algérois rêvant d'une carrière cinématographique.Physique avantageux et au caractère insolent (j'ai eu envie de lui flanquer des claques !!)

    Comme la gloire ne lui arrive pas si facilement que ça il se retrouve chauffeur chez l'une des plus grandes fortunes d'Alger.


    -Vous avez le téléphone chez vous?

    -ça fait 10 ans que nous soudoyons les sous fifres de la Poste pour l'installation d'une ligne...

    -Abrégeons ,s'il vous plait

    -Non

    -Laissez votre adresse à ma secretaire

    -Ça s'abrège comment ,une adresse?

    Mon insolence ne l'atteignit même pas.Il m'ignorait déjà.

     

    Et c'est confronté à ces fortunes,ces familles au delà des lois que Nafa progressivement va évoluer.Un drame( une jeune fille morte d'une overdose) et la bascule démarre.Soit il prend sur lui cette mort et fait en sorte de faire disparaitre le corps soit il sera dénoncé comme en étant le responsable ...Il ne peut se résoudre à faire disparaitre le corps et c'est le chauffuer du fils de famille qui s'en charge (moment un peu délicat dans sa description).Et qui viendra lui donner une "famille" ,un sentiment de réaliser quelque chose puis plus tard le goût du pouvoir? Le FIS tout nouvellement créé.


    Pour la première fois de sa vie il se découvrait ,prenait conscience de son envergure,de son importance,de son utilité en tant que personne,en tant qu'être.

    Il existait enfin.

    Il comptait.


    Description de ce mouvement qui agit d'abord insidieusement puis qui intensifie ses manifestations.Réactions brutales et maladroites d'un gouvernement dépassé qui donnent une sorte de légitimité au mouvement extrêmiste et lui rallie une partie du  peuple soit par ras le bol de cette vie soit par conviction ou bien encore par crainte des "barbus" qui n'hésitent pas à régner à coups d'exécutions.

     

    Ceux qui ne nous ont pas rejoints croupissent à l'ombre des démons.Ceux là ne doivent plus compter pour nous.Comme les mauvaises herbes il faudra les sarcler.Notre chemin n'en sera que plus aisé et aucune racine malveillante n'entravera nos pas.

    (...) Entre Dieu et vos parents,le choix ne se pose même pas.On ne compare pas le ciel avec une bulle d'air.On ne choisit pas entre l'univers et un vulgaire grain de poussière.

     

    Nous assistons à la lente descente aux Enfers de ce jeune homme pas vraiment violent (il lui faudra 3 meurtres pour ne plus y être sensible..) ,au rêve éteint dans une Alger destructurée,aux bidonvilles ,au pouvoir débordé et pas attentive aux grondements du peuple.

    Ses femmes tentées les unes par la modernité et les idées de liberté ,d'émancipation ,au prix pour certaines de leur vie ,les autres par le fanatisme.

    La place ,voire l'utilité de la culture,la musique,la poésie ,le cinéma dans cette société en perdition.

     

    Ce qui est intéressant c'est de voir par les yeux d'un individu comment il est simple et presque évident d'être attiré et piégé par les mouvements extremistes.C'est implacable et terrifiant car présenté ainsi qui peut dire si placé dans les mêmes conditions il ne cèderait pas à la violence et à l'aveuglement?

     

    « En avant première.."La fille du puisatier" par Daniel AuteuilConcerto pour mandoline d'A. Vivaldi »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Mars 2011 à 10:08
    Syl.

    Et bien !!! J'ai lu ton billet avec l'angoisse qui montait, montait...
    Sur ce, je te souhaite un bon week-end !

    2
    Samedi 26 Mars 2011 à 12:11
    Richard

    Yasmina Khadra est un auteur formidable qui nous présente le monde arabe avec finesse, objectivité et une humanité extraordinaire. Ces romans sont passionnants !

    Tu sais qu'il a écrit des romans policiers ?

    Amitiés

    3
    Samedi 26 Mars 2011 à 12:44
    gridou

    Très intéressant !! Tu me tentes, je n'ai jamais cet auteur ( je croyais que c etait une femme d'ailleurs...)

    4
    Samedi 26 Mars 2011 à 12:45
    gridou

    @Richard: Salut ! Tu recommandes quoi comme polar (ou pas) de cet auteur ??

    5
    Samedi 26 Mars 2011 à 17:24
    Richard

    Folio Policier (no 510) a publié, il y a quelques années, un livre de poche qui regroupe les 4 romans policiers de Yasmina Khadra sour le titre de "Le quatuor algérien".

    Pour quelques euros, on se procure 4 bons romans et un tour d'horizon d'un formidable auteur qui s'est payé le plaisir d'écrire les aventures d'un commissaire (Brahim Llob) dans l'Algérie tourmentés des années 90.

    Je vous le recommande ...

    Amitiés

    6
    Dimanche 27 Mars 2011 à 00:12
    Mina/Jacqueline

    tiens tiens....je connais!!

    J'ai découvert Khadra dans son roman autobiographique "L'écrivain" et depuis je ne le lache plus!!!

    Bisous

    7
    Dimanche 27 Mars 2011 à 12:16
    Kenza

    Bonjour Pyrausta,

    J'aime beaucoup Yasmina Khadra et lu plusieurs de ses romans, mais pas celui-là...

    Je te remercie chaleureusement de ta visite et de ton gentil commentaire. Finalement, grâce à cette mésaventure, je découvre avec plaisir ton blog! Je reviendrai lorsque je serai plus au calme pour faire plus ample connaissance.

    Je te souhaite la bienvenue dans mon petit salon de thé au jasmin, j'installe ton blog parmi les amis du thé...

    Très amicalement,

    Kenza

    8
    Dimanche 27 Mars 2011 à 12:23
    Choupynette

    j'avais beaucoup aimé L'attentat du même auteur, que je te conseille.

    9
    Dimanche 27 Mars 2011 à 18:39
    pichenette

    J'aime beaucoup Khadra et je n'ai pas lu ce livre-là. Voilà une envie qui resurgit grâce à toi.

    @ Richard: on peut compter sur toi pour nous trouver des policiers inattendus! Je n'avais aucune idée qu'il pouvait s'être attelé à ce genre de littérature. 2ième découverte.

    @ choupynette: tu es mon verlan ou vice versa?

    10
    Lundi 28 Mars 2011 à 17:19
    Reveline

    Ce livre m'a l'air intéressant même si apparemment je n'accroche pas trop au style de Khadra (belle écriture certes mais un peu contemplative).

    11
    Mardi 29 Mars 2011 à 14:08
    Laure

    Je pense lire Les sirénes de Bagdad, celui ci ne me fait pas trop envie.

    12
    Mardi 29 Mars 2011 à 17:01
    amaryllis

    C'est un titre que je découvre le roman que tu as lu. En tout cas j'aime beaucoup cet auteur, pour sa finesse dans l'analyse des conflits, même si parfois et souvent il est assez dur. 

    13
    Mercredi 30 Mars 2011 à 11:31
    Alex-Mot-à-Mots

    Pas lu celui-ci, mais j'aime bien sa plume.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :