• Chanson d'Avril de Bizet

    Pour célébrer le mois d'Avril, voici une chanson de Bizet que,j'avoue,je ne connaissais pas du tout.Bon, peut être pas ce que ce compositeur a fait de mieux mais un peu de legèreté ne nuit pas, n'est ce pas?  

    « Ma bou(il)le d'amourLettre d'une mère à sa fille »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Leoned Profil de Leoned
    Lundi 1er Avril 2013 à 19:22

    Mouais...

    En fait, ça m'a fait penser à autre chose : ça.

    Bon, là, c'est exprès que j'ai mis une vieille version, y'en a de plus récentes et de meilleures.

     

     

    2
    Bicar De Siècle Profil de Bicar De Siècle
    Lundi 1er Avril 2013 à 19:58

    C'est kitsch, ton truc! et moi, ce qui est kitsch, j'aime! ça met de la gaieté!

    Mais là, je suis pas fan, sauf que c'est parfaitement trouvé et approprié.

    3
    Lundi 1er Avril 2013 à 20:10

    @ Leoned Ben, si tu compares avec ça, vieille version ou pas, c'est sur!! C'etait juste le theme qui m'a fait mettre cette "chose" là...Et encore par Stephano, c'est super bien!! 

    @ Bicar C'était de circonstances, surtout....Kitsch, Bizet?? Diable!! 

    4
    Bicar De Siècle Profil de Bicar De Siècle
    Lundi 1er Avril 2013 à 20:15

    Non! pas BIZET !

    CETTE chanson, là !

    5
    Lundi 1er Avril 2013 à 20:20

    @ Bicar  je me doutais....

    6
    Lundi 1er Avril 2013 à 21:15

    Prenons un peu de plaisir simple, que diable le printemps arrive... merci !

    7
    Lundi 1er Avril 2013 à 21:25

    Bon, la "chanson" : bof. De circonstance, OK, mais c'est tout.
    Bizet, par contre, même si ce n'est pas mon préféré, aucun souci : c'est un bon !
    Musicalement, je veux dire, même si j'aime pas Carmen (et tant pis pour Bicar).

    Mais, ça a été plus fort que moi : les premières mesures de ladite chanson m'ont immédiatement évoqué cet air du Faust de Gounod.

    Tiens en voilà un d'injustement méconnu et méprisé : Gounod.

    Maudits soient Hergé et sa Castafiore !

     

    8
    Mardi 2 Avril 2013 à 06:50

    MOUAIS ! la CASTAFIORE m'a longtemps interdit l'accés à l'OPERA !

    En hommage au mois d'avril, je préfère   http://youtu.be/zkgikbIgAwM

    9
    Mardi 2 Avril 2013 à 09:57

    @ Ammon Oui un peu de plaisir simple , ce n'est pas si mal

    @ Leoned Tu n'aimes pas Carmen???? Il y a tant à dire et à faire sur cet opera! Quant à Faust, la Castafiore a fait des ravages , c'es sur mais quand oin sait que Hergé c'est inspiré d'ELLE  tout s'explique....

    @ Vieille Marmotte On aurait dû attaquer Hergé!! Priver de tant de beauté les gens à cause d'une caricature!! 

    Ta vidéo, autre univers,mais pourquoi pas?

    10
    Leoned Profil de Leoned
    Mardi 2 Avril 2013 à 12:28

    @ Pyrausta

    Je croyais qu'on en avait déjà parlé, mais ça doit être chez Bicar que je l'ai déjà dit.

    Ce que je ne supporte pas dans Carmen c'est le livret, ou plutôt le personnage de Carmen elle-même.
    Aussi bien Mérimée que Meilhac et Halévy en ont fait une espèce de sal*** que je ne peux pas blairer : elle aguiche et séduit Don José, l'amène à déserter, puis le plaque sauvagement pour ce bellâtre d'Escamillo ! M'énerve.

    Par contre, musicalement rien à redire ! D'ailleurs je l'ai déjà vu plusieurs fois dont une en live à Orange avec Uria-Monzon dans le rôle titre (me souviens plus des autres interprètes) et c'était splendide.
    Je redis : Bizet était un bon ! (Et Uria-Monzon est sa prophète).

    Ce n'est pas le seul opéra qui me fasse ça :
    J'ai déjà du mal avec La Traviata à cause de mon envie de cogner sur papa Germont et de baffer Alfredo.
    J'ai encore plus de mal avec Madama Butterfly où là c'est des envies de meurtre que j'ai contre le lieutenant Pinkerton !

    Mais j'adore ces deux opéras. Pourquoi ? Parce que les rôles féminins y sont magnifiques (quand je vous dis que je suis un "vieux militant féministe" et que vous voulez pas me croire) !

     

    11
    Mardi 2 Avril 2013 à 12:55

    Tiens, en y repensant, il y a un autre opéra qui m'insupporte, c'est le Cosi fan tutte de Mozart et pourtant j'adore Mozart.

    Là encore c'est à cause de la misogynie du livret de Da Ponte (je vous dis : mon vieux fond féministe).

    Et pourtant j'aime énormément son Don Giovanni qui n'est guère mieux sur ce plan.
    Sauf que, Don Giovanni (que ce soit chez Molière ou chez Da Ponte) agit non pas par "libertinage" au sens actuel, mais par "libertinage" au sens du XVIIè ce qui est tout différent.
    Dans le second cas, il s'agit d'un refus absolu de la croyance en Dieu et en la morale induite, et, là, j'adhère.
    Même si, à la fin, question d'époque, Dieu (ou le Commandeur) gagne. Concession désagréable mais que je pardonne aux deux auteurs.

     

    12
    Mardi 2 Avril 2013 à 15:57

    En allemand cela aurait été plus sérieux!!!!!!!!!!

    Bacioni!!

    13
    Mardi 2 Avril 2013 à 19:19

    @ Leoned On en a parlé plus ou moins et j'avoue que tu m'en dis tant que je mélange parfois...La vieillesse, te dis!! 

    Dans tout ce que tu écris, je ne vais pas m'étendre (pas envie, là maintenant, tout de suite, pas le temps non plus) mais ce sont toutes des Femmes! Mérimée, Bizet,Mozart...Je vais peut être te faire bondir mais pour moi ce sont des militants avant l'heure..C'est une Ode à la Liberté de la Femme!

    Moi aussi Germont m'insupporte mais ne pas oublier le contexte historique et de toute maniere, Traviata l'emporte puisque Germont plie, prévient son fils et vient même emmerder  rendre visite à Violetta au seuil de la mort, lui rendant hommage ...Un peu tard mais mieux vaut tard que jamais....Sans compter qu'Alfredo ne connaissait pas bien Violetta!! Comment a t il pu croire ces balivernes? Il est C***! Lui aussi ,j'ai envie de le baffer!(pas trop fort, si c'est Jonas Kauffman qui chante...)

    Butterfly...Ben,Pinkerton est à baffer mais sa femme aussi!!! (Excuse moi ,Amaryllis, si tu lis ces mots) sans parler de sa famille qui la rejette! 

    Pour Carmen, c'était sa destinée" La mort, toujours la mort".Quel rôle magnifique! Une sal*** mais il y a tellement de sal**** qu'on peut bien lui pardonner, hein? Pour une fois qu'il y en a une qui mène les hommes à la baguette...C'est bien plus qu'une sal*** sinon ce ne serait pas interessant comme rôle.Et Uria Manzon, LA reine des Carmen.

    Pour le libertinage...Mouais....on y met ce qu'on veut à l'époque où l'on veut.Les femmes souffrent, basta! Quoi que......Manipulation chez Donna Anna, pour moi avec cet idiot de Don Ottavio! Manipulation par Zerlina avec cet idiot de MazettoNon?

    Pour Don Giovanni,  c'est le refus de Dieu, de la morale, de la société telle qu'elle est, la Liberté! Vivà la libertà! Carmen et Don Giovanni se rejoignent!! 

    Heu..............j'arrête là.....Mais c'est ta faute, il ne fallait pas me lancer! 

    @ Jacqueline Comme tu dis!!  

    Tu veux pas te joindre à notre discussion avec le père Leoned? 

    Bisous

    14
    Mardi 2 Avril 2013 à 19:59

    J'ai envie d'écrire "Ragazzi"...ou alors "Les copains" vous parlez d'un contexte historique où les femmes étaient ou courtisanes ou des pauvres victimes. Non Christine je ne vois aucune liberté dans les roles que tu cites...Elles rentrent toutes dans le cadre de leur personnage plutot inférieur...mais si mais si....Zerlina est un idiote, Elvira croit son bonhomme, Donna Anna met un temps fou à reconnaitre Don Giovanni..La pauvre VIoletta se fait traiter comme une moins que rien alors qu'elle entretenait Alfredo, Mimi est une perdante, la reine de la nuit est une harpie, Tosca..n'en parlons pas! Pas un pois chiche de raison...tellement jalouse qu'elle boit tout ce qu'on lui dit!!! Enfin c'est la cata!!!!!!!!!

    Par contre j'aime bien les dames de Rossini...et l'Adina de l'elixir d'amour....Alors qu'en pensez vous????

    15
    Mardi 2 Avril 2013 à 20:10

    @ Algeroma

    Je me sens très romain (mais je n'ai aucun mérite : j'adore Rome !)

    En bref, je co-signe ton commentaire.

     

    16
    Mercredi 3 Avril 2013 à 11:14

    @ Jacqueline Comme toi longtemps j'ai pensé que Donna Anna mettait trop de temps à reconnaitre DG Elvira croit son bonhomme , ça oui...je suis bien placée pour le savoir ,j'ai chanté son air superbe! Mais elle comprend vite quand même (et en cela , elle n'est guere differente de bon nombre de femmes de ...maintenant) Zerlina n'est pas idiote.C'est une jeune fille séduite par les belles paroles d'un beau parleur.Il y en a malheureusement encore...MAIS elle est suffisamment intelligente pour retourner la situation à son avantage (Pauvre idiot de Mazetto...Là aussi, je l'ai chanté) tout comme Donna Anna qui a tres bien compris, dès le début qui est qui....et, tout comme Zerlina, joue avec Don Ottavio.Ecoute la musique, elle te dit tout...Rythmiquement, elle cherche à séduire, elle est presque sirupeuse..Et puis..O miracle elle le reconnait!! Coup de génie cette rencontre , enfin elle va pouvoir dire qui c'est et envoyer Ottavio laver son honneur.C'est une rouée celle là, pas une victime.Elvire en est une..mais elle a suffisamment d'amour et de grandeur d'âme pour tenter de lui pardonner...Mais elle est entrainée par les autres...On se sert les coudes dans cette caste là. 

    Y a t il UN  homme dans Don Giovanni qui soit séduisant?? Franchement, que l'air de Don Ottavio est mievre!Que Mazetto est stupide! 

    Don Giovanni va jusqu'au bout, il sait ce qu'il attend mais sa liberté avant tout! D'aucuns diront son orgueil..Peut etre, parfois l'un ne va pas sans l'autre...Quant à Leporello, c'est le mec qui voudrait bien etre à la place de DG , il jouit des conquêtes de son maitre par personne interposée mais il n'a pas les c*** (ni sans doute le bagou et l'argent) pour être Don Giovanni.C'est un pleutre, la fin le démontre tres bien.

    Traviata, c'est justement tout le paradoxe. C'est une vraie Dame alors que, officiellement,  c'est une poule de luxe.Germont reste sur cette idée de moins que rien...Mais si la mise en scène est bien faite...quand il entre chez elle, il garde son chapeau.....mais au fil de l'acte, il prend conscience de la grandeur d'âme de cette "dévoyée" , il l'enleve et ne le remet que quand il part...Il a changé d'avis sur elle,(et c'est pour ça qu'il lui promet de venir la voir quand il apprendra qu'elle est mourante et dira la verité à son fils)  mais la société est ainsi faite, si sa fille veut se marier, sa vertu , son innocence  "sa pureté" ne doivent pas être entachée par quoi que ce soit , même si c'est au détriment de son propre fils (et d'une femme qui est du mauvais côté de la société)

    Mimi, oui, perdante, rien ne peut la sauver même pas l'amour de Rodolpho qui tente de se sacrifier pour elle.Mais ça, c'est la condition sociale qui est mise en cause. C'est du Zola, du Victor Hugo...

    La Reine de la Nuit est à baffer, mais bon il y a tant de symboles dans cet opera qu'on peut comprendre ce qui la motive...Il parait qu'il y a eu une mise en scene qui, à la fin, réunissait la Reine de la Nuit et Zarasthro...

    Tosca, passion à l'etat pur,avec tous les problèmes que cela induit.Pois chiche....Pas sure.Femme dépassée par ses sentiments , oui, du coup elle ne peut plus rien écouter, ne peut plus reflechir car trop dépassée émotionnellement, mais qui ,quand elle se reprend, organise de main de maitre  (du moins le croit elle) la libération de son amant, assassine un homme (ok! on ne le pleure pas) et va jusqu'au bout de son amour fou en se suicidant.Passion par tous les pores de sa peau et de son âme.

    Rossini m'ennuie......donc aucun avis sur les femmes de ce monsieur.Quant à Adina...des baffes oui!! D'ailleurs le livret est quand même pauvre, non? Adina, coquette au possible, rouée, egoiste, egocentrique....mais comment peut elle tomber amoureuse (en plus quand, puisque on ne sent aucun sentiment en elle vis à vis de Nemorino?) de cet homme naif, "doudou" complètement oppposé à elle? Ou alors, les contraires s'attirent, elle aime dominer, porter la culotte...

    Tous les personnages sont des caricatures , peut etre est ce pour ça que tout passe car l'outrance est telle qu'elle ne peut qu'etre faite expres....Non, ce que j'aime, j'adore dans cet opéra eh bien c'est la musique, le coté bon enfant qui règne.Le vaudeville en musique, musique merveilleuse,romantique et tutti quanti.

    @ Leoned A toi!! 

    17
    Mercredi 3 Avril 2013 à 12:07

    @ Pyrausta

    Rien à ajouter, en particulier sur le Don Giovnani et sur La Traviata.

    L'Elisir d'amore  je ne connais pas assez pour en parler.

    Pour la Reine de la nuit de la Flûte, j'ai un ressenti ambigu : elle m'exaspère en mère outrancière (le fameux air), mais Sarastro m'exaspère tout autant !
    En fait, dans cet opéra, il n'y a qu'un personnage où je me retrouve : Papageno. Et j'ai souvent eu le sentiment que Mozart était d'accord avec moi !
    Je trouve les airs de Tamino, Pamina, etc. très pompeux et limite lassants, alors que ceux de Papageno (et de Papagena) sont gais et enjoués, même (!) quand il décide de se pendre.
    (Remarque : la mise en scène dont tu parles, où à la fin la Reine et Sarastro président chacun a un bout d'une immense table de banquet, comme s'ils étaient en fait co-régents du monde, je l'ai vue il y a quelques années à la télé. Me souviens plus quel était le metteur en scène.)

    Tosca, je ne sais pas bien pourquoi mais je n'ai jamais vraiment aimé.

    Je trouve, pour n'en citer qu'un, que les Noces de Mozart sont bien plus féministes que des tas d'autres opéras. Aussi bien Suzanne que la Comtesse sont des maîtresses femmes qui ne se laissent pas manipuler par les machos qui les environnent.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :