• **Cris** de L.GAUDE

    En réponse à Philippe


    Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M'Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d'où ils s'élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l'insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore, retentit l'horrible cri de ce soldat fou qu'ils imaginent perdu entre les deux lignes du front, " l'homme-cochon ". A l'arrière, Jules, le permissionnaire, s'éloigne vers la vie normale, mais les voix de ses compagnons d'armes le poursuivent avec acharnement. Elles s'élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité.

    C'est un petit livre de 182 pages ...J'ai mis beaucoup de jours pour le terminer..oh non!! Pas par manque d'intérêt  mais trop d'émotions suscitées par le talent indéniable de L.Gaudé dont je vous avais pas parlé dans La porte des Enfers
    Dans de courts chapitres nous suivont pas à pas des personnages différents qui se retrouvent au front dans les tranchées.Les phrases sèches ,incisives qui se succèdent malgré la différence des personnages donnent une forme incantatoire à ce livre.
    Nous les voyons dans la boue,sous les déluges d'obus,solidaires les uns des autres,certains devenir fous .la peur au ventre qui les paralyse (le passage de la bataille ,baillonnette au fusil....),zombies parmi la relève qui ne comprend pas encore ce que sont ces hommes qu'ils voient passer mais qui eux ne les voient même pas,prisonniers de tout ce qu'ils viennent de vivre.Cette même relève qui très vite va rejoindre le rang de ces morts vivants.

    (....La nuit tombe .il commence à faire froid.Les premiers ne tardent pas à apparaitre.Une grappe d'hommes épuisés qui marchent lentement.La tête basse.Sans parler.Ils trébuchent souvent car il sont  trop fatigués pour ne pas laisser trainer leurs bottes,Une poignée d'hommes .je les regarde passer.On dirait un peuple de boue.On voit à peine la couleur de leur uniforme.Juste de la boue sèchée ,partout.Sur le visage et sur les vêtements .Des barbes de 3 jours .Le regard vide.Je crois qu'ils ne nous ont pas vus.Aucun de nous à salué.Aucun de nous a même adressé un signe de la main ou du regard.Des ombres.Sales et courbées.Je les regarde et il me semble qu'ils suivent un corbillard .Le cortege fantôme avance péniblement.Ils marchent,lents et tristes ,derriere le corbillard invisible de leurs compagnons morts .Il n'y a pas de salut militaire qui tienne .La seule chose qu'il faudrait faire ,la seule chose qui aurait avoir un sens,serait de se signer à leur passage....)

    et puis il y a le permissionnaire,heureux homme qui pour un temps ,petit temps ,va pouvoir tenter de reprendre la vraie vie....Mais le pourra t il vraiment? De toute manière il est condamné à revenir quelques jours plus tard....
    Et quand il revient, toutes ces voix et ces clameurs qui résonnent dans sa tête, il tente de les exorciser à sa manière.Hommage suprême et désespéré à tous ses camarades, morts pour la plupart....

    Ce n'est qu'un roman mais d'une puissance évocatrice puissante qui nous broye les tripes...Je n'ai pu m'empêcher de penser à mon arriere grand oncle qui a enterré 6 frères et cousins dont 2 de ses propres mains.Mon arrière grand père ,lui, a du mourir pratiquement dès le début.Sa femme n'a reçu qu'une seule lettre du Front ...et jamais son corps n'a été retrouvé...
    Quand la guerre a enfin pris fin ,mon arrière grand oncle a mis du temps avant de se réadapter à la vie normale .Puis il a servi de père à ma grand mere en se mariant avec sa belle soeur...Soutien de famille.Personne n' a jamais eu à souffrir de cette décision ,ni ma grand mère qui avait 7 ans à la fin de la guerre ni ma mère ensuite et enfin moi...je me souviens qu'il allait me chercher tous les jours quand j'étais en vacances un" kroumir"...petit pain de seigle aux raisins...C'était mon "pépé ti loup "

    mais ,par  hasard, j'ai trouvé cette chanson sur un poème de G.Apollinaire,écrit pour la femme qu'il aimait LOU et sur une chanson de J. Ferrat.

    Si je mourais là bas...


     

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    « **Urgence ultime**de K.HOWELLNeil SEDAKA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Août 2010 à 15:24
    LADY MARIANNE

    bonjour !!

    un beau roman - un hommage à tous ces soldats morts pour la France
    sinon on chanterait aillli aillo
    moi qui suit de la génération de DE GAULLE !! dont mon père était un fervent admirateur - ayant fait la deuxièle guerre - engagé avant ses 18 ans en mentant sur son âge - et sans prévenir sa mère pour ne pas lui faire de peine
    gros bisous   je suis émue sur ces sujets
    Lady marianne

    2
    Lundi 9 Août 2010 à 18:48
    mamazerty

    une horreur les tranchées, telle  que même tant d'années après je ne peux approcher ce qui en parle tant c'est marqué dans la mémoire collective qui est aussi la mienne!

    3
    Lundi 9 Août 2010 à 20:49
    Philippe D

    Il suffit donc de te parler d'un livre pour que tu en fasses une critique? Tu m'as l'air d'être douée pour ça.

    Je n'ai pas de "lien" particulier avec la guerre : je n'ai pas de grands-parents qui ont été prisonniers ou qui sont morts au combat mais j'imagine aisément ce qu'on peut ressentir quand c'est le cas.

    Je relirai donc L. Gaudé grâce à toi !

    4
    Lundi 9 Août 2010 à 20:50
    Philippe D

    Ah! J'ai oublié : merci de m'avoir fait connaitre ce poème superbement mis en musique par Ferrat. J'aime découvrir ce genre de texte.

    5
    Mardi 10 Août 2010 à 11:10
    *.:。✿*Fleur de solei

    Période très dure, et comme tout ce qui se rapporte aux guerres, surtout ce genre de récits, je ne suis pas attirée, même si c'est bien écrit.

    6
    Mardi 10 Août 2010 à 20:31
    *.:。✿*Fleur de solei

    je suis un peu plus jeune que toi, c'est vrai, mais je ne crois pas que ce sois une question d'age, dans mon entourage il y a des personnes plus jeunes que moi qui s'interessent beaucoup à ces périodes. Pour moi, je ne sais pas, c'est peut etre parce que c'est encore trop proche...

    7
    Mercredi 11 Août 2010 à 23:09
    *.:。✿*Fleur de solei

    ça c'est sur il y a de quoi faire !

    8
    Mardi 16 Novembre 2010 à 00:21
    Pichenette

    Voilà un livre de Gaudé que je ne connais pas. Ce que tu racontes de ta famille remet les pendules à l'heure: la réalité est plus horrible que la fiction.

    9
    Mercredi 16 Février 2011 à 12:39
    florel

    Lui je le note merci ! j'aime bien (enfin ça dépend) les livres qui parlent sur cette guerre. Ils sont tellement moins répendu que ce de 39-45. Tu a sraison Freud or not Freud :) Dommage pour les gâteaux.

    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :