• Une fois n'est pas coutume je vais vous parler théâtre.Nous sommes allés samedi voir la pièce Diplomatie avec Niels Arestrup et André Dussolier.Deux monstres sacrés que nous aimons mais que nous n'avions jamais vus sur une scène de théâtre.

     

    Paris, le 25 août 1944. Les Alliés arrivent aux portes de la ville. Peu avant l'aube, Dietrich von Choltitz, gouverneur du Grand Paris, se prépare sur ordre d'Adolf Hitler à faire sauter la capitale. Sa rencontre avec Raoul Nordling, l'ambassadeur de Suède à Paris, a peut-être changé le cours de l'Histoire. La pièce imagine l'âpre négociation entre les deux hommes.

     

     

    Un duo époustouflant,heureusement ponctué de quelques petites phrases pleines d'ironie qui détendent un peu l'atmosphère,pour la plupart du temps de la bouche de l'élégant André Dussolier,très à l'aise dans le costume de l'ambassadeur de Suède.Un beau parleur,un homme qui s'adapte aux diverses situations et aux propos du gouverneur de Paris,tout en finesse et au final maitre d'un jeu qui fait échec et mat....De nombreux questionnements d'ailleurs en découlent mais je ne veux pas les révéler ici au cas où vous vous voudriez aller voir la pièce.

    L'ironie qui se dégage des paroles de l'ambassadeur de Suède peut parfois déranger au sujet d'un sujet grave.J'ai tenté de réfléchir (c'est dur je sais ) et je vois éventuellement deux possibilités de raison à cela.La 1ere est tout bêtement historique.Le "vrai" ambassadeur de Suède,Français par sa mère, était réputé pour son humour.A propos de cette rencontre qui nous a laissé notre capitale intacte ,il aurait dit:"Après avoir conféré avec le commandant allemand ,je l'invitai à déjeuner.On but du Bourgogne.A la première bouteille ,il commençait à réfléchir.A la seconde ,il mollissait.A la troisième, il capitulait."

    Et puis, seconde raison peut être,il tente de faire revenir l'homme dissimulé sous l'uniforme rigide Allemand.Il lui évoque ,par exemple,un Paris qui n'existerait plus si un jour,quelques 5 ans plus tard après la guerre (et la défaite allemande qui pointe le bout de son nez ,le Général Leclerc étant aux portes de Paris....prends ça au passage...) alors que c'est un Paris qu'il aime ,même s'il s'en défend.

    Et peut être est ce toute cette pression diplomatique en finesse et cette ironie désarçonnante qui finit par faire craquer le général Von Scholtitz,vétéran de la 1ère guerre mondiale et fidèle à Hitler ,malgré quelques propos qui laissent entendre qu'il a (enfin?) perçu le véritable fond du maitre de l'Allemagne.(Je ne peux m'empêcher de penser ("encore"!! me direz vous... )à la réaction de Javert dans les Misérables quand il s'aperçoit qu'il a mis toute sa vie au service d'une cause à laquelle il croyait fermement et qu'en fait il s'est trompé).Et tout d'un coup il révèle à l'ambassadeur de Suède la vraie raison de son obéissance à Hitler concernant la destruction de Paris.Raison qui soulève un vrai cas de conscience mais que je ne vous dirai pas,espérant vous inciter à voir la pièce soit au théâtre ou en DVD si un jour elle est éditée.

    Alors Von Choltitz alias Niels Arestrup?Nous avons là un homme inflexible,à l'accent allemand,secoué de tics,toussant (il est asthmatique) ,à la voix grondant,dure (mais cassée....Volontairement ou fatigue?? ).Contrastes de deux personnalités, l'anguille et le taureau.Un homme qui s'est forgé une carapace au fil du temps mais qui a une très grande faiblesse découverte par Hitler.Découverte progressivement par Raoul Nordling au fil des échanges et de l'observation.Découverte dont il va jouer finement.

    Duel magistral qui nécessiterait peut être d'y retourner pour mieux apprécier le jeu.

    Une chose est certaine.Le livret du spectacle est en vente ...Il est, je crois, indispensable de l'acheter car outre les éclaircissements historiques qu'on peut y trouver il y a le texte dans son entier avec des photos qui mettent l'accent sur certains details d'accessoires importants  qu'on peut ne pas bien voir si on est un peu loin de la scène.Le texte est à relire..On y retrouve les intonations de ces deux acteurs magistraux mais aussi on peut prendre le temps de voir toute la progression dramatique ,réfléchir au sens des mots ,tout ce qu'on ne perçoit que dans son ensemble,pris que l'on est par l'atmosphère tendue entre les deux hommes.

    Au final une magnifique pièce de théatre ,deux acteurs éblouissants,un theme qui soulève encore maintenant des questionnements (en réalité nous ne savons pas ce qui a décidé Von Choltitz à ne pas détruire Paris.) et qui nous conforte, si nous ne le savions pas,dans l'idée que la guerre est la pire des choses qui soit,qu'elle transforme des individus en robots mais qu'elle peut aussi révéler certains et en faire des Justes....Finalement une belle leçon d'humanité? 

     

     


    13 commentaires
  • Suite des réflexions suscitées par le salon du livre.Comment se fait il que la décoration ait été aussi pauvre sur les stands de la littérature nordique,invitée d'honneur ....Jugez en

    A part ces quelques poteaux bouleau?? pas grand chose....


     

     

    Et puis point de vue maisons d'édition nous retrouvions les Majors..Inutile donc d'aller au Salon alors que nous avons la même chose chez nous ,dans notre librairie préférée....Pour moi,impasse sur cette littérature.(j'avais quelques jours auparavant ajouté à ma PAL croulante l'heure trouble de Johan Théorin..je sais ,à la veille du Salon ..pas raisonnable...)

     

    Direction

     

    et là j'ai craqué pour

     

    Qui connait?

     

    Je n'ai pas oublié ma mère avec


    ni ma fille avec

    Je vous parlerai plus tard du plus petit dénominateur commun que j'ai lu d'une traite le samedi en fin d'après midi.

     

     

    Une petite moisson de marque pages

     

    Quelques photos prises au détour des stands


     

    H.Mankell

    Au final,bilan assez mitigé. Organisation imprécise ce qui fait que les auteurs attendus ou les stands recherchés ont joué les Arlésiennes (en ce qui me concerne).Les Majors ont une fois de plus écrasé les petits. Alors ,oui le Salon, mais pour moi préférence évidente pour les maisons d'édition sans véritable audience où des pépites peuvent être dénichées.Mais il faut bien arpenter les travées pour les trouver...


    7 commentaires
  • Ce salon du livre m'a donné quelques pistes de réflexion..

    la 1ère,très terre à terre...Si je retourne une prochaine fois dans cet antre de perdition est ce que je n'aurais pas interêt à ne PAS prendre à l'avance mon billet? Vu la queue des personnes qui avaient leur e-billet

     

    et celle de ceux qui ne l'avait pas ....je pense avoir plutot interêt à prendre cette file là..D'accord je n'aurais pas la reduction de 2 €...mais c'est une goutte d'eau dans l'océan de la dépense...

     

    La 2ème réflexion (et là ,je rejoins celle de GRIDOU) à quoi peut bien servir ce Salon? Société de consommation effrénée (j'en ai fait partie je le reconnais) et surtout pub monumentale pour les grandes maisons qui mettent des PLV énormes comme si les ventes tout au long de l'année ne leur suffisaient pas!

    Alors j'ai fui au maximum leurs stands pour tenter de découvrir les petits,parfois mal installés,dans des recoins du Salon, contrairement aux Majors qui en occupaient le centre.

     

    C'est ainsi que j'ai découvert la maison VENT D'AILLEURS qui édite des livres venus des cultures d’ailleurs, proches ou lointaines, convaincus que la connaissance des cultures du monde aide à bâtir une société plus solidaire et plus intelligente. Le catalogue de Vents d’ailleurs construit des passerelles vers ces imaginaires, propose des livres pour enrichir les êtres humains dans leur recherche d’humanité. La littérature est ainsi très présente dans le catalogue, mais également les albums jeunesse, l’art et les sciences humaines.

     

    J'ai tenté la découverte avec 2 livres de l'un de leurs auteurs phare (il fallait faire un choix qui s'est révélé cornélien car tout me parait de qualité...)  l'un ,policier disjoncté ,et l'autre plus politisé.. Bien évidemment je vous en parlerai au fur et à mesure des lectures. 


     

    Puis 2 autres maison: TRANSBOREAL qui réunit dans son sillage, outre ses 89 auteurs, 113 autres voyageurs francophones qui ont eu à cœur de découvrir une région du monde et d’en faire partager la découverte à travers des livres ou des films. Transboréal anime aussi une librairie de voyage dont les 3455 titres sont en ligne, ainsi que le cycle de conférences « Regards de voyageurs ». pour les bonheurs de l'aquarelle

    et l'Aquitain ARBRE VENGEUR pour Les couilles de Dieu ,livre initiatique très original

    Un petit détour par LE RIFFLE NOIR  que j'avais découvert il y a 2 ans avec  Passé mortel de D.DREGRAEVE...Las pour moi cet auteur avait sorti un autre opus des aventures du policier Jacobsen (le 3ème est en cours...) et puis au détour d'un stand je suis tombée nez à nez avec une auteur de polars que j'aime beaucoup Brigitte Aubert..Bon, ce n'est pas une petite maison mais j'ai pu en me faisant signer un autographe échanger quelques mots.

     

     

    A gauche Brigitte AUBERT  ,à droite Vivian MOORE (site)

     

     

     

    Je vais arrêter là cette 1ère partie...Encore quelques livres et d'autres photos du Salon ..pour un prochain article...

     

    Je ressemble un peu à ça 


    14 commentaires
  • Vu sur le site du Salon du livre

     

     

    Richesse et éclectisme au programme !


    LES LETTRES NORDIQUES A L'HONNEUR


    Cette année, le Salon du livre de Paris met à l’honneur non pas un, mais cinq pays !
    Cinq pays du Nord dont la littérature est aussi riche que la culture. Roman, polar, essai, jeunesse... Le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède, viendront jusqu’à nous, pour nous faire découvrir une littérature foisonnante et pleine de surprises.

    Pour la 31e édition du Salon du livre de Paris, le Centre national du livre, en collaboration avec l’Institut français, le Syndicat national de l’édition et le réseau des Centres de littérature nordiques, propose d’explorer les littératures du Nord.





    Je n'accroche pas trop avec la littérature nordique.L'occasion de reviser ma façon de penser et de découvrir des auteurs

    SPECIAL SUSPENSE : POLAR & THRILLER

    Cette année, le roman noir sera un des grands rendez-vous du Salon !

    Policier, thriller, suspense, en roman, en manga ou en bande dessinée, les amateurs de frissons en tout genre seront forcément séduits par cette thématique plaçant le roman noir au centre du Salon.

    Au menu, des débats, des projections, des expositions ainsi que de nombreuses séances de signature.
    F.Thilliez et P.Lemaitre seront tous les 2 présents le samedi 19 Mars.Je vais tâcher de les approcher...

    3001912371_3891ddeaa6.jpg

    BUENOS AIRES, CAPITALE MONDIALE DU LIVRE 2011


    Pour la première fois, le Salon vous invite à découvrir une grande ville littéraire, à travers l'imaginaire d'une vingtaine de ses auteurs.
    Centre politique et culturel d'un pays plein de paradoxes, Buenos Aires, qui a nourri l'inspiration des plus grands écrivains, a été élue Capitale mondiale du livre en 2011 par l'UNESCO.  Un programme dont le Salon du livre de Paris sera l'une des étapes majeures.
    Avec le soutien de L'Institut français au titre du tandem Paris-Buenos-Aires
    La ville de Buenos Aires a été choisie pour la qualité et la variété du programme proposé mais aussi pour la stratégie générale sous-tendant ce programme”, précise l’Unesco dans un communiqué.

    Buenos Aires est la onzième ville à être désignée “Capitale mondiale du livre”, après Beyrouth en 2009 et Ljubljana en 2010. (cf LA)

    L'occasion pour moi de découvrir des écrivains hors ce très grand poète qu'était Pablo Néruda.

    3629076475_84b0a2f4dd.jpg

    2011, ANNEE DES OUTRE-MER


    Les littératures d'outre-mer portent en elles une part essentielle de l'héritage culturel et de la créativité la plus contemporaine de la France et du monde francophone.

    Le Salon du Livre participe à 2011, année des outre-mer, en donnant une tribune aux auteurs et aux éditeurs ultra-marins, acteurs majeurs du rayonnement de la culture française dans le monde.

    Cette opération exceptionnelle bénéficie du soutien du Ministère de l'Outre-mer et du Commissariat pour 2011, année des outre-mer. 
    4548390305_22499615e6.jpg

    SERIAL LECTEURS



    Ces dernières années, les livres en série fidélisent de plus en plus les lecteurs.

    Que ce soit le phénomène "Millenium" pour le polar, ou encore "Twilight" qui fascine les ados (et pas seulement !), ou encore les mangas, le besoin de retrouver des personnages auxquels on s'attache mais aussi de suivre leurs aventures se fait de plus en plus fort.

    Cette "addiction" est le résultat d'une association d'éléments savamment mélangés et de beaucoup de talent. Le Salon du livre de Paris mettra cette année l'accent sur ce phénomène de plus en plus prolifique.

    Je ne sais pas si on peut parler d'addiction.En ce qui me concerne je suis un chouilla énervée d'être prise en otage de plus en plus souvent par les auteurs ou plutôt par les maisons d'édition. Ces romans écrits en trilogie de plus en plus (cf "Travail soigné" suivi d'"Alex" et ensuite d'un autre..) me semblent plus relever  de l'attrape nigaud(attrape lecteurs?),du marketing que de la littérature proprement dite.

    Si je peux parler avec F.Thilliez je lui dirai( gentiment) ce que je pense de son abandon en plein suspense à la fin de Syndrome E. Avait il vraiment prévu cela ou bien est ce une stratégie de vente? A t il vraiment besoin de cela pour augmenter ses ventes? Je sais que pour ma part ,si je vais céder à l'attraction  de "Gataca" son prochain roman ,je ne recommencerai pas de sitôt car c'est obliger un lecteur à la dépense.Et puis je suis très très circonspecte quant à la qualité de ce nouvel opus.Comment aura t il eu le temps de faire ses recherches puis écrire son thriller si peu de temps après Syndrome E? Ne va t il pas succomber aux sirènes de l'argent au détriment de la qualité ? Ce serait bien dommage....A suivre ....


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique