• Selon une très ancienne légende, le trésor du Temple de Jérusalem, rapporté à Rome en 71 après Jésus-Christ par l'empereur Titus, serait enfoui depuis dans les caves secrètes du Vatican. On raconte que, avec lui, serait caché le mythique violon du roi David, introuvable depuis des siècles. Le jour où le violoniste et agent secret israélien Gal Knobel découvre que le violon du roi David contiendrait le secret de fabrication des Stradivarius - qui aurait donné à ces instruments le pouvoir de garder l'extrême pureté de leur son par-delà les siècles -, il met le doigt dans un dangereux engrenage. Pour retrouver le violon de David et percer le mystère des Stradivarius, Gal Knobel est entraîné sur une piste terrifiante, de Paris à la Ville Eternelle. Il défiera la mafia et les prélats du Vatican, déchiffrera une énigme écrite par Michel-Ange lui-même, devra composer avec les gardiens du Temple, et approchera les arcanes d'une certaine éternité...

     

    Et voilà le 2ème volet des aventures du violoniste Gal Knobel dont on a fait la connaissance dans le Violon d'Hitler.Violoniste et ancien agent  chargé de la traque des anciens nazis.

    Une fois de plus nous démarrons très vite dans l'action :Gal Knobel est sur scène devant un parterre de mélomanes.Il a pratiquement fini son concert ...Dans l'ombre,dans les coulisses ,un homme l'épie tout en l'écoutant...Pris par les sons que produit le violon de Gal il recule et ne peut se résoudre à exécuter ce pour quoi il est là:tuer le musicien...Qu'à cela ne tienne ,il l'attendra dans sa loge...

    Au même moment un vieil homme arrive au théâtre,résolu à voir le musicien...Le tueur et lui vont se retrouver au même endroit et bien sûr ,il y en a un de trop...

    Quand Gal arrive dans sa loge il n'a que le temps de recueillir de la main même du vieillard un papier (avec ces mots :Solo et nudo(niche) resto prigion d'un cor di vertu armato soit: Seul et nu (niche) je reste prisonnier d'un corps armé de vertu" (22éme vers du 42ème poème de Michel -Ange et entendre dans un dernier souffle:"le secret,le secret du violon".

    Le nom de cet homme:Vittorio Goffriller,descendant d'une lignée de grands luthiers,Matteo et Francisco ,contemporains de Stradivari (..Et c'est ainsi qu'on se retrouve sur le terrain familier d'Igal Shamir)

    Et c'est le début d'une course folle à la recherche d'un trésor dont le violon de David serait la pièce maitresse car révélatrice du secret de fabrication des Stradivarius plus tard...Enigme donc écrite sur le fameux bout de papier remis par le vieillard assassiné ,fille de cet homme très belle  et elle même luthière dont Gal ne tarde pas pas à se sentir  attiré (ce que la lectrice romantique que je suis lui souhaite car ce qui s'est passé dans Le violon d'Hitler a laissé bien des cicatrices) ,de nouveau l'intervention du Vatican (décidement il cache bien des secrets au plus profond de ses archives..) ,Mafia Italienne ,Gouvernement Russe,Israéliens extremistes,CIA ...Bref cette fois tout le monde s'en mêle pour des raisons plus ou moins valables,Gal est obligé de courir de Paris à Venise ou encore à  Rome pour finir en Israel


    Mais quel est donc ce trésor tant convoité? Et où donc peut il être s'il existe?  Pour ça il faut remonter en Egypte ancienne avec des récits ayant trait à la sortie du peuple hébreu d'Egypte...Et c'est avec une compilation des recherches effectuées par le vieux luthier Vénitien sur tout le pouvoir du son des instruments dont celui des Stradivarius que Gal va commencer ses recherches avec lui,un seul but en tête ,retrouver le violon de David et enfin connaitre le pourquoi des sons extraordinaires jamais égalés même de nos jours par ces violons. exceptionnels...

    Recherches semées d'embuches,faites de dangers car toutes les organisations sont là pour lui créer quelques problèmes..

    Recherche aussi du secret de l'éternité par l'intermédiaire d'un vers de David,d'oeuvres de Michel Ange....Quels points communs entre les Stradivarius et les fresques de la Chapelle Sixtine?

     

    Alors qu'en ai je pensé? J'ai en fait apprécié dans son ensemble car j'ai été baignée dans ce monde merveilleux de la musique et des instruments...Les faits relatifs à l'Antiquité ( David jouait bien de la harpe ,ainsi qu'il est rappelé dans le livre..Ouf:pas d'entorse véritable au récit biblique ..) ,Michel Ange dont j'ai découvert qu'il était aussi poète,les courses poursuites haletantes,le secret du son des Stradivarius: va t on enfin le connaitre? le personnage de plus en plus attachant de Gal ,bref tout ça à contribué à mon plaisir..

    Mais peut être y a t il un peu trop de protagonistes en jeu ,ce qui ne rend pas toujours la lecture aisée....

     

    Quelques extraits

     

    Il venait de jouer pour ses morts.Des compositions qui n'étaient rien d'un Requiem mais qui, sous son archet,en prirent presque la couleur.(....) Et comme à chaque fois,Gal n'en revenait pas,émerveillé qu'un aussi petit instrument que son violon produise un tel effet.Il était fourbu mais ne pouvait ni ne voulait s'y soustraire.La musique et le public étaient toute sa vie et se révélaient d'autant plus précieux en période troublée,en période de deuil .

     

    Cet homme n'était pas venu en  mélomane,il était venu en assassin.

     

     

    Le son avait cette faculté rare d'émouvoir,d'attendrir,d'encourager,d'ouvrir les coeurs,de rendre meilleur,d'exciter,de guérir les âmes,mais aussi parfois les organismes...avec ces fréquences qui, comme à Jéricho,pouvaient également abattre des murailles .....

     




    Découvrez Stradivarius, un mythe qui joue sur la corde sensible sur Culturebox !

    1 commentaire
  • Je remets cet article car le prochain sera la suite de celui là....

     

     


    Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us  Pourquoi Hitler a-t-il ordonné l'exécution d'un violoniste engagé dans l'armée allemande? Cinquante ans plus tard, Gal Knobel, virtuose du violon et ancien agent spécialisé dans la traque des nazis, est chargé de découvrir le secret qui provoqua la rage d'Hitler. Il lui faudra remonter le fil de l'Histoire jusqu'à Rossi, un compositeur juif vénitien, mystérieusement disparu en 1630...



    Emballée ,j'ai été emballée par ce livre!!! Nous naviguons dans la musique baroque ,nous traversons les époques allant de l'Allemagne nazie,repassant par l'Italie du XVIème siècle et nous reprojetant de nos jours....Tout ça pour trouver pourquoi un jeune violoniste engagé dans l'armée allemande ,ami d'un gradé au sein de la Wehrmarcht a été fusillé (par ce même ami d'ailleurs...) après avoir fait un concert et après avoir montré des papiers ( conservés dans une sacoche), papiers qui mettent Hitler dans un état de rage épouvantable...

     

    Cette recherche est confiée à Gal Knobel par un cardinal français qui,à 10 ans ,avait assisté à cette scène incroyable ,ce qui l'avait incité à faire ses propres recherches sur les anciens nazis protégés et envoyés dans d'autres pays par des membres puissants de l'Eglise (il y est fait allusion d'ailleurs à Pie XII,ce qui fait bizarre quand on songe à la polémique actuelle ...)
    .
    Pourquoi Gal Knobel? Et bien parce qu'il est violoniste et surtout ancien agent chargé de la traque des nazis ,avec donc un réseau lui permettant d'aller plus loin dans ses recherches...Et coincidence extraordinaire il a ,à son repertoire,des oeuvres de Salomone Rossi ,tout comme Gustav Schultz qui a été tué pour avoir fait aussi des recherches et abouti à des conclusions manifestement top secret concernant ce musicien vivant à Mantoue.

    Le réseau se mobilise ,dont une certaine Eve..pour l'aider car ses premières recherches dérangent manifestement ,tout comme en 1940...Tout recommence et c'est la course contre le temps qui s'engage car Gal et le Cardinal veulent parvenir à comprendre,à découvrir ce secret  mettant en scène Salomone Rossi,sa soeur et Monteverdi,pére de" l'Orféo",considéré comme le 1er opéra....mais qui suscite encore de très vives,et peut etre mortelles , réactions au sein même de l'Eglise d'aujourd'hui.

    Jusqu'au bout ,ou presque, le mystère reste entier ,même si on croit comprendre ,car évidemment si la chose s'avérait exacte beaucoup de certitudes seraient  remises en cause...Et jusqu'à la dernière note du violon ,c'est à dire la toute dernière page,vous êtes pris dans ce livre ,manipulé pour notre plus grand plaisir.

    Extrait de l'orféo de Monteverdi



     

    Extrait d'un site que vous pourrez consulter en cliquant LA  si vous désirez en savoir un peu plus sur la vie et la place des Juifs en Italie pendant la Renaissance.C'est là aussi que j'ai appris d'où vient le terme de" ghetto" C'est dans la République de Venise, en 1516, que ce quartier a pour la première fois été appelé ghetto, après que le Conseil des Dix a décidé de regrouper leur communauté à Cannaregio, site occupé par une ancienne fonderie (en italien geto signifie « fusion »).

     

    "On sait peu de choses en fait de la vie de Salomone Rossi. Il est né probablement en 1570 dans une famille juive italienne. Il espérait d'abord étudier la philosophie, mais son talent musical était si puissant, que la musique lui était devenue une vocation. Il avait reçu une éducation talmudique forte, qui le désignait comme rabbin. Jeune violoniste virtuose il rejoignit Mantoue, à la fois la communauté juive, douce aux juifs, et pour suivre surtout les cours de Monteverdi, l'immense compositeur. Chanteur excellent, violoniste et altiste (d'ailleurs il semble qu'il sera surtout altiste à la cour), il a trouvé refuge à sa mesure auprès de la cour de Mantoue en Lombardie . Il a été employé en permanence depuis 1587. Et même temps il s'occupait à la composition sous la direction de Claudio Monteverdi qui en fit un de ses élèves préférés. Monteverdi aura régné à Mantoue auprès de l'orchestre de la cour entre 1590-1612. Puis il céda aux sirènes de Venise. Car il faut savoir que les petits états se faisaient concurrence, comme des clubs de football ils s'arrachaient les musiciens et les chanteurs. Mantoue, petite ville entre Rome et Milan devint par son faste, son luxe, ses musiciens de cour un phare de la Renaissance. Salomone Rossi devint suffisamment célèbre pour être en mesure de publier très tôt ses premiers madrigaux et compositions profanes (danses, musiques d'apparat,...).qui firent son succès. Immergé dans la vie culturelle de toute la ville, Rossi jouait une place prépondérante dans la vie musicale de la cour du prince de la ville, surtout après le départ de Monteverdi. Il fut alors le musicien officiel du théâtre de Mantoue. Le prince Francesco IV Gonzaga avait une grande estime pour lui et il le libéra en 1606 de l'obligation de porter l'étoile jaune sur son vêtement. Le successeur le Duc Francesco II ne renouvela ce privilège que pour six jours !"

     


    Evidemment un peu de Salomone Rossi que j'ai découvert grâce à ce livre

     



    Si voulez en écouter plus ,rendez vous sur Youtube!!


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique