• Les mûres

    Je cherchais un poème en rapport avec les mûres dont j'ai fait un cliché il y a peu .J'ai découvert un BLOG  et une écrivaine Américaine née en 1932 et décédée en 1963..Comme quoi la photo mène à tout.

     

     

    Personne sur le chemin, et rien, rien sinon des mûres, 
    Des mûres de chaque côté, des mûres partout, 
    Une allée de mûres, qui descend en crochets, et une mer
    Quelque part au bout, qui se soulève. Des mûres 
    Aussi grosses que mon pouce, aussi muettes que des yeux
    Ebène dans les haies, et pleines
    De jus bleu-rouge, qu'elles abandonnent sur mes doigts. 
    Je n'avais pas demandé de telles soeurs de sang ; elles doivent m'aimer. 
    Elles sont accommodantes, elles se font toutes petites pour tenir dans ma bouteille à lait.

    Là-haut passent les chocards en volées noires, cacophoniques - 
    Bouts de papier brûlé qui tournoient dans un ciel orageux. 
    Leur voix est la voix, elle proteste, proteste. 
    Je ne crois plus que la mer apparaîtra. 
    Les hautes prairies vertes s'embrasent, comme illuminées de l'intérieur. 
    J'atteins un buisson de baies si mûres que c'est un buisson de mouches, 
    Suspendant leurs ventres bleu-vert et leurs ailes en un paravent chinois. 
    Le sirupeux festin de baies les a tout étourdies ; elles croient au paradis. 
    Un crochet encore, et les baies et les buissons finissent.

       Il ne manque plus que la mer maintenant. 
    D'entre deux collines un vent soudain s'abat sur moi
    Et me gifle le visage de son linge fantôme. 
    Ces collines sont trop vertes et douces pour avoir goûté le sel. 
    J'emprunte le sentier aux moutons qui les sépare. Un ultime crochet me mène
    A la face nord des collines, et cette face est de roc orange
    Et ne donne sur rien, rien sinon un grand espace
    De Lumières, blanches et d'étain, et un vacarme comme d'orfèvres
    Frappant, frappant encore un métal intraitable.

    [La cueillette des mûres - Sylvia Plath]

                                 

    « Chansons en couleur!Mon nouveau bébé »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Septembre 2012 à 20:26

    hmmm! j'en ai mangé très trop peu cette année, j'aurais pourtant bien aimé en ramasser pour des confitures!!!!

    et ce poème est bien joli...

    bonne soirée, bisous!

    2
    Vendredi 21 Septembre 2012 à 20:58

    Merci pour ton passage sur mon blog et pour le lien ! J'aime beaucoup Sylvia Plath, parfois son écriture est triste, mais parfois ce qu'elle écrit est simplement magnifique, comme ce poème. Désormais, j'y pense lorsque je vois des mûres !

    A bientôt :-)

    3
    Vendredi 21 Septembre 2012 à 21:06

    Le poème est très beau ! Mais avec ce genre de mûres, tu n'as pas dû faire beaucoup de confiture ! elle est si bonne !

    4
    Vendredi 21 Septembre 2012 à 21:15

    C'est la pleine saison des mûres ... a nous confitures, tartes, coulis, ...

    Doux rêves

    5
    Vendredi 21 Septembre 2012 à 23:01
    La Pivoine,

    J' aime aller me balader et marauder des mûres, mais cette année je n' ai pas


    fait de confiture.


    Très beau ce poême tu as eu de la chance de le trouver.


    Bonne nuit à toi et bises.

    6
    Samedi 22 Septembre 2012 à 08:32

    Un beau poème !

    J'ai eu la chance de récolter bon nombre de mûres et de faire de la confiture pour les gourmands...ou plus exactement pour les gourmandes

    Agréable week-end.

    Amicalement.

    7
    Samedi 22 Septembre 2012 à 11:34

    Une poète que je ne connaissais pas, la pauvre a eu une vie bien brève, peut-être pour cela qu'elle a observé la nature avec tant d'intensité... Les mûres sont bien rares chez moi et desséchées à cause de la sécheresse, tant pis ;) Bisous, passe un beau week-end

    8
    Mouneluna Profil de Mouneluna
    Samedi 22 Septembre 2012 à 12:18

    je ne vais plus ramasser de mures,  dommage, c'étais trés bon, j'ai une flemme d'enfer, et puis si je disparais du champ de vision de l'homme, il crie au secours !!

    bisous

    9
    Samedi 22 Septembre 2012 à 19:38
    la guyanaise

    merci pour ta visite à Cayenne...chez mon trio de minettes!

    ah! les mûres, j'adorais....les ramasser et s'il en reste faire la confiture!(mais, pas à Cayenne.)

    le poème est très beau...

    amicalement...

    10
    Dimanche 23 Septembre 2012 à 19:17

    Hélas cette année pas de ramassage de Mures..Joli poéme que je découvre..Bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :